ID: Babylon à Clermont Ferrand

ID: Babylon est une collaboration européenne portée par le Théâtre du Pélican, compagnie clermontoise qui mène depuis plusieurs décennies une démarche de formation et de création théâtrale avec des adolescents. Bénéficiant du soutien du programme Europe Créative, le projet associe des partenaires de Slovénie, Italie, Allemagne et Grande-Bretagne dont plusieurs participaient déjà à Generation to Generation.

« ID: Babylon explore des expériences d’adolescents à travers l’Europe. Il a été initié par ses partenaires dans le but de répondre aux problématiques qui touchent les adolescents aujourd’hui ; notamment la montée de l’extrémisme et du nationalisme et les questions liées à la migration et à la circulation des personnes. L’objectif est d’aider les adolescents à regarder au-delà des frontières de leur pays d’origine en développant une identité collective transnationale et une citoyenneté européenne. »

Du 4 au 7 avril 2019 les équipes de jeunes comédiens et animateurs de ID: Babylon se sont réunies à Clermont-Ferrand pour les Rencontres Européennes Théâtre et Adolescence où j’étais invité à modérer le Débat public rassemblant comédiens et spectateurs sur les représentations et la démarche du projet, plus d’une centaine de jeunes gens plus ou moins anglophones.

Je proposais de commencer par solliciter la parole des spectateurs, plusieurs questions leur étant posées :

Nous venons, spectateurs, d’assister à une représentation théâtrale jouées par des comédiennes et comédiens de Slovénie, d’Allemagne et de France. Ensemble, transportés par leurs créations, nous avons navigué sur la frontière entre le réel et l’imaginaire.

Qu’y avons-nous vu ? Quelles histoires nous ont-ils racontées ? Que nous disent-elles sur le monde où nous vivons ? Revenons-nous transformé.es de ce voyage ? Que cette représentation nous invite-t-elle à faire ?

Babel

Le joyeux bordel de l’organisation était une opportunité pour ne pas ne pas suivre les règles habituelles de ce type de rencontres. L’anglais était de mise dans nos échanges : d’usage entre les jeunes comédiens et parfaitement maitrisé par les spectateurs élèves du collège international. Mais une traduction semblait nécessaire pour quelques participants : traduction sauvage, tour-à-tour des élèves ou des membres de l’une ou l’autre équipe portaient la parole de leurs homologues dans une autre langue (anglais, français, italien, arabe).

Au fil de la discussion ressortaient les traditionnelles présentations des démarches de chaque groupe, comment se fait la rencontre avec le théâtre pour les jeunes comédiens, ce qu’on apprécie particulièrement dans telle représentation. Les animateurs témoignaient de la transformation qui s’est opérée pour les comédiens et pour le groupe lui-même, l’anthropologue Philippe Vadrot soulignait l’importance du corps dans la création d’un langage universel.

Nous n’avons pu creuser complètement certains thèmes qui tenaient à cœur aux organisateurs français comme l’intégration dans un pays d’accueil (plusieurs jeunes comédiens du projet sont réfugiés) et la projection de soi vers l’avenir. Cette conversation était une moment de vie, un débat tour de Babel où j’avais le sentiment que, spectateurs et comédiens, nous faisions corps alors que les dispositifs nous mettent souvent en face-à-face.

Au-delà de l’expérience exceptionnelle qu’apporte ce projet aux jeunes comédiens et aux animateurs eux-mêmes, je trouve qu’il défend avec beaucoup de force l’importance des pratiques artistiques: elles sollicitent notre créativité, nous apportent une expérience de coopération avec d’autres personnes (voisins de notre ville ou d’autres pays) et transforment positivement notre présence au monde.

ID: Babylon entre dans sa seconde phase, celle d’une production originale avec des jeunes de tous les pays. Le plaisir de retrouver cet élan théâtral à Clermont-Ferrand, Ljubljiana, Londres ou entre Brême et Hambourg.


ID: Babylon sur Radio Campus Clermont


photo : Régis Nardoux